Accueil - Actuellement - Fétiches Blancs

Fétiches Blancs

Kluvi " Anasse" ANANI

Kluvi Komivi Anani a été baptisé par ses amis ghanéens, Anasse, sans trop savoir pourquoi. Anani aurait été difficile à prononcer…allez comprendre ! Peut être qu’ils pressentaient qu’il était différent et qu’il aurait besoin, un jour, d’un nom d’artiste !


Natif d’Ahavé, en 1983, un 31 Décembre près de Tsévié, Anasse quitte les bancs de l’école à la fin du CM2 pour rejoindre la parcelle de son père cultivateur et chasseur. Ce retour à la terre c’est aussi un retour vers les esprits et les divinités qui régissent les saisons, les cultures, les récoltes après les semis, la pluie après la sécheresse. Un cycle de vie qui justifie le recours à des alliés d’exception, divinités agraires d’un panthéon vaudou enraciné dans cette région depuis plus de deux siècles.


Ses parents, aujourd’hui disparus, lui ont légué quelques certitudes : «On nait avec sa vocation. On nait avec son destin» dit Anasse. Tout serait donc déjà écrit. Et Anasse a donc été placé, tout naturellement et très vite, sous la protection de la divinité des chasseurs : Ageh. «C’est mon totem, Ageh, qui a autorité sur celui de la maison, Aklama» explique Anasse de sa voix douce et souriante.  Ils occupent une place importante dans son hommage sculpté et Anasse a même invité des «chasseresses», héritières, dans son esprit, des Amazones de l’histoire du peuple Ewé.

Anasse est un autodidacte qui a le don de tirer des formes du bois, de charger de sens figuré des troncs de Séséwi, arbre qu’il coupe à la machette, dans la forêt à la lisière de sa ferme, derrière chez lui.

Sa maison est une ferme simple : une cour et son fétiche collé à un puits, deux cases traditionnelles et une pièce moderne, cimentée et tôlée. A quelques pas de son seuil, à l’ombre, un atelier en plein air avec un banc et un établi. Quelques gouges, couteaux et ciseaux à bois. On sent Anasse économe et modeste, allant à l’essentiel et l’indispensable. Sa femme et ses quatre filles ne sont jamais loin.
Les bûches de Séséwi sont là, au sol, en train de sécher, encore sous leur écorce claire. Cette essence a la blancheur naturelle d’un bouleau, toujours un peu humide, éclatante sous les copeaux d’herminette d’Anasse. Elle est obéissante sous la couge. Elle est tendre sous le ponçage patient qui lui donne rondeur et souplesse et la charge de douceur. Le badigeon de foam blanc la prépare, comme une épreuve d’artiste en stuc, à un autre destin.

 

Aujourd’hui Anasse est très recherché par les tradi-praticiens qui lui commandent des pièces uniques pour leurs patients, supports et medias de leurs ordonnances. Pour eux, Anasse peint ses statuettes avec une palette de couleurs qui plait à cette clientèle et qui rend ces figures plus baroques, presque « kitch ».
En accord avec Anasse, le processus s’est arrêté pour ces œuvres exposées au stade du « foam » blanc.

Ouverture prochaine

retrouvez la galerie Curios prochainement dans un nouveau lieu à Lomé

ou sur RV : 92 97 77 45

FOCUS

Paul AHYI

à l'Union Européenne

Hommage à Paul AHYI

 

Paul AHYI ou la Joie de Vivre

Exposition à la délégation de  l'Union Européenne au Togo du 21 septembre au 21 decembre 2016.