Accueil - Actuellement - Stars & Skulls

Stars & Skulls

Christophe Bonacorsi

Christophe Bonacorsi est né en 1953 dans la region parisienne. Son père est nommé à Madrid et Christophe y passe une partie de son enfance. L’école Camondo comme les Beaux Arts sont trop étroites pour le jeune homme, indépendant. Il se forge le caractère aux frontieres de ses origines bourgeoises : sur le pont des barges pétrolières au Congo, dans les entrepôts des fripiers de St Ouen où il se lie avec son alter ego qui disparaîtra brutalement et trop tôt. Bonacorsi suit le sillon de Philippe Tesson et pendant 10 ans il est le directeur artistique et le Secrétaire de redaction du “Quotidien de Paris”.

Nouveau virage à 90° et retour à la peinture.

Ouverture de son premier atelier dans un quartier populaire de Paris. 10 ans plus tard il investit une ancienne usine atelier de Montreuil.
Bonacorsi peint tout autant pour expurger son trop-plein d’énergie que pour maîtriser son geste, son agilité, et pour exercer son acuité. Bonacorsi peint comme il vit, à l’énergie intime. Il “entre” alors en peinture et son atelier devient alors son séminaire.

A la frontière du genre il a ses règles : du travail et encore du travail, des secrets et des recettes pour ses glacis et ses lavis. Avec ses noirs poudrés et veloutés depuis qu’il a “abandonné la couleur” en 1995. Avec ses gris glacés et vaporeux. Avec ses blancs mousseux qui émergent et surgissent du noir.
Christophe Bonacorsi compose et construit ses toiles. Peu de place au hasard mais de la grâce.
Ses portraits sont des ordonnances d’architecture comme des veilleurs de pierre dans leurs alcôves.


Ses crânes ont depuis longtemps dépassé leur triste anatomie et libéré leur vanité devant le temps jusqu’à peupler la voie lactée. Ce sont désormais ses satellites qui nous bipent …

 

Christophe Bonacorsi vient de passer huit mois à Lomé, à Miramar sur la Marina. Tous les matins il a contrôlé, juste en plissant les paupières, le niveau de la mer et la force des alisés. Dans la nuit loméenne Bonacorsi a trouvé ses marques. Et planté ses amers à deux pas de la frontière du Ghana.

Il suffisait d’attendre que la colère monte. Et un jour il a transformé un salon en atelier. Il s’est battu comme chaque fois qu’il revient à ses brosses et pinceaux. Avec ses toiles, avec ses pigments, avec ses chassis. Sa colère a baissé et quelques cranes célestes en témoignent. Et un “Baiser de Singes”, un thème classique chez Bonacorsi, est venu fermer la boucle.

Ouverture prochaine

retrouvez la galerie Curios prochainement dans un nouveau lieu à Lomé

ou sur RV : 92 97 77 45

FOCUS

Paul AHYI

à l'Union Européenne

Hommage à Paul AHYI

 

Paul AHYI ou la Joie de Vivre

Exposition à la délégation de  l'Union Européenne au Togo du 21 septembre au 21 decembre 2016.