Accueil - Expositions passées - Mélusines

Mélusines

Mamy Watas populaires et poissons votifs

Au Togo le rivage est riche de légendes, depuis l’embouchure du fleuve Mono jusqu’à la barre cassante d’Aflao…Lagunes et lacs s’en mêlent pour peupler l’imaginaire des villageois de créatures aussi séduisantes que fantastiques : fées, sirènes, mamy watas, bras ouverts, poitrines offertes, chevelures aux vents, ces mélusines chantent des mélodies ensorceleuses dit-on, et il est rare que l’on échappe à leur charme dont on peut ne pas revenir…

 

Ce mythe bien ancré, court le monde en chevauchant la ligne de l’Equateur. Les rares femelles des lamantins qui peuplaient les embouchures y sont certainement pour quelque chose, avec leurs seins généreux d’un rose attendrissant et charmant… Puis les figures de proues des galions esclavagistes sont venus pour un voyage sans retour et ont installé une douleur si mémorable que les mamy watas blondes et roses font encore peur… L’imagerie indienne colportée par les premiers étrangers a renforcé le pouvoir des fées et déesses de l’eau dans les villages maritimes. Et le serpent (d’Eve si faible en proie à la tentation) se love bien sûr autour de ses victimes consentantes…Le mythe est là, avec ses accoutrements, avec ses rituels, avec ses servants sur toutes les côtes d’Afrique jusqu’aux Caraïbes. De Vodou en Candomblé, en Santeria ou encore en Voodoo, des embouchures du Congo à celle de l’Orénoque, des méandres du Niger aux bayous de Louisiane, le partage des eaux nourrit les croyances.

 

L’art populaire s’est emparé du mythe et quelques témoignages attestent de sa permanence quotidienne…

Poteries, peintures, accessoires en sont la preuve.

 

Les poteries, créatures étonnantes, tout à la fois anthropomorphes et zoomorphes, seront les lutins de cette exposition. Leur fantaisie, leur folie, leur nature hybride font plaisir à voir. Au milieu des années 80, le rituel des pêcheurs de la Benoué (les Adamawas du Gongola dans l'Est du Nigeria) a mysterieusement cessé, lorsque le chef de la communauté villageoise s'est converti à l'islam. Elles sont assez rares pour mériter un regard très attentif et un toucher du délicat.

 

Les poissons votifs, des Bozos du Mali jusqu’aux Ibos du Delta du Niger en passant par les Gueledés une fois encore, nous rappellent des cérémonies que nos pécheurs provençaux ou catalans ne renieraient pas à la Saint Pierre… La mer reste nourricière, pour tous !

Ouverture prochaine

retrouvez la galerie Curios prochainement dans un nouveau lieu à Lomé

ou sur RV : 92 97 77 45

FOCUS

Paul AHYI

à l'Union Européenne

Hommage à Paul AHYI

 

Paul AHYI ou la Joie de Vivre

Exposition à la délégation de  l'Union Européenne au Togo du 21 septembre au 21 decembre 2016.